*
top-menu
 

Liens | Contact | Dons | Devenir membre | Espace réservé | Plan du site
Menu

Historique


 
ASA – Handicap mental hier et aujourd'hui

1889 Création d'une association qui s'appelle alors "Conférence suisse en matière d'idiotie" et qui en
1916 devient "Association Suisse en faveur des Arriérés". Son but est de faire inscrire dans la législation des dispositions en faveur des arriérés.
1918-1925

Avec d'autres associations, l'ASA fonde Pro Infirmis afin d'unifier les efforts et les récoltes de dons redistribués aux associations.

L'ASA fait des démarches pour obtenir davantage de classes spéciales et pour obtenir des moyens pour la mise en place de formation et de perfectionnement pour les enseignants et les éducateurs travaillant auprès de personnes arriérées. Elle informe le public et crée du matériel didactique.

L'ASA appuie la création d'établissements scolaires spécialisés, d'ateliers d'intégration professionnels et d'ateliers protégés. Elle défend les droits des personnes profondément handicapées.

Années 50 Fondation de la section romande de l'ASA et un peu plus tard mise en place de 5 groupes cantonaux. Les membres de l'ASA se recrutent alors principalement dans les milieux professionnels. "L'ASA puise sa force là où ni le prestige, ni le manque de conviction ne sont en jeu."
Années 60-70 L'ASA met en place des groupes de réflexion en relation avec les buts cités ci-dessus. Elle soutient la recherche scientifique sur l'arriération mentale. Elle travaille aussi à la prévention parallèlement aux mesures d'intégration en faveur des personnes handicapées par une déficience mentale. L'ASA ne veut pas se spécialiser uniquement dans le domaine scolaire mais veut s'intéresser aux personnes handicapées par une déficience mentale dès leur naissance et jusqu'à la mort, quel que soit le degré de leur déficience.
Années 80-90 L'ASA continue de favoriser le perfectionnement du personnel spécialisé, à éditer du matériel didactique et à encourager l'information par ses revues Schweizerische Heilpädagogische Rundschau (SHR) et Pages Romandes. Elle est consultée pour des projets de lois. Elle organise des journées d'étude sur le vieillissement des personnes polyhandicapées, la recherche en génétique, l'informatique … - Elle collabore à des programmes d'apprentissage pour la formation élémentaire.
Dès 1993 Faute de moyens, l'ASA est contrainte de redimensionner ses activités - L'ASA suisse après une crise, redéfinit ses objectifs et concentre ses activités en Suisse romande tout en soutenant les sections de Suisse alémanique qui participent à l'organisation de journées d'étude autour de la pédagogie curative.
1996 Suite à une étude 1) approfondie des structures de l'association, des prestations qu'elle fournit et qu'elle peut fournir à l'avenir, l'assemblée des délégués décide, en novembre 1996, de modifier son mode de fonctionnement et de la doter de nouveaux statuts. Comme principale nouveauté, citons la possibilité qui est donnée aux personnes d'adhérer à titre individuel à l'ASA, ainsi qu'à toute organisation ou institution de devenir membre collectif. Ainsi, la notion de "section ASA" est abolie.
1996 - 2001 Période de transition pendant laquelle une profonde restructuration s’est opérée. L’ASA est devenue une association romande et a pris comme nouvelle appellation "ASA – HANDICAP MENTAL". Elle a créé le Réseau Romand ASA dont elle est membre au même titre que les 7 autres associations. Le Réseau Romand ASA est reconnu par l’OFAS en tant qu’association faîtière romande et lui rend compte des prestations fournies dans ses associations membres.
Aujourd'hui

Certaines sections cantonales ou associations restent membres de ASA-HANDICAP MENTAL et collaborent de manière ponctuelle.

ASA-Handicap mental a précisé les buts de son action et redéfini ses objectifs : 

  • elle organise des journées d’étude et de formation portant sur des thèmes qui concernent leur accompagnement ;
  • elle organise tous les deux ans le Festival ARTHEMO pour mettre en valeur les dons artistiques des personnes handicapées dans un souci d'intégration et de valorisation ;
  • elle soutient les talents artistiques des personnes mentalement handicapées et favorise leur diffusion auprès du public ;
  • elle s'engage pour un partenariat efficace entre les parents et les professionnels en y incluant la personne avec un handicap ;
  • elle prend position en matière de politiique sociale ;
  • elle collabore avec des organisations, nationales ou internationales, et favorise des synergies interinstitutionnelles ;
  • elle organise des échanges ou des visites d'établissements accueillant des personnes avec handicap ;
  • elle publie des actes de ses journées d'étude ;
  • elle informe au travers de ses sites internet ;
  • elle est ouverte à toute action ou prestation pouvant améliorer la qualité de vie des personnes avec un handicap mental ;

Elle a par ailleurs créé "Pages Romandes", revue romande spécialisée dans le handicap mental, aujourd'hui indépendante.

1) Etude réalisée par M. Stéphane Rossini, sociologue. Peut être consultée au Secrétariat ASA-Handicap mental.

historique

Historique

100 ans d'histoire


Georgie Lamon, ancien Vice-Président d'ASA-Hm, est décédé le 15 janvier 2016, sous les balles des djihadistes, alors qu’il se trouvait à Ouagadougou.

Hommage

enzymes
© Copyright 2013 by ASA-Handicap mental | asa-handicap-mental@bluewin.ch
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail